Médaille d'or de la "fanfaronnade" pour Nicolas 1er à Pékin

Publié le par PHILOU

    En terminant la lecture du magnifique livre "Tibet , la question qui dérange" de Claude B.Levenson, grande spécialiste de l'histoire et de la culture tibétaine et familière du dalai lama , j'ai eu envie de revenir sur ce problème tibétain à l'occasion de l'ouverture des JO de Pékin.
     Entre fascination et condescendance , entre beaux discours et compromissions , le monde est embarrassé par ce peuple singulier soumis au cauchemar et par son chef irréductible et non violent, Tenzin Gyatso , 14° lama intronisé à l'âge de 16 ans et en exil depuis 1959 à Dharamsala, en Inde.
     
    Tenzin Gyatso  (Prix nobel de la Paix en    1989 )
                            

                           

      Depuis l'écrasement de la révolte du 14 mars dernier et l'imposition de la loi martiale avec des patrouilles incessantes, contrôles d'identité à chaque instant , mouchards, caméras de surveillance, micros-espions dans les rues, le pouvoir chinois fait régner à Lhassa , capitale du Tibet , d'où d'ailleurs les journalistes sont bannis, une paranoïa qui rappelle les pires persécutions staliniennes.
                        
                                      LHASSA

                            
                                                             PALAIS DU POTOLA       

             


     Mais alors comme on dit dans le commentaire de citoyen du monde : en Mars beaucoup de gouvernements ont timidement jacassé et aujourd'hui on se met à genoux pour ne pas contrarier Pékin.
     Il en va comme preuve l'attitude du président de la république  , Nicolas 1er,  et également président du conseil européen jusqu'à fin 2008.
     Et bien oui, il assistera et aura assisté à la cérémonie d'ouverture des JO au moment où cet article sera paru et ne rencontrera pas le dalai lama qui commence une visite en France le 11 Août prochain.
     C'est pourtant Nicolas Sarkozy qui le 10 juillet , indiquait sèchement à Strasbourg , devant le parlement européen :
"ce n'est pas à la Chine de fixer mon agenda et mes rendez-vous" et avait prévenu , après la répression des émeutes anti chinoises au Tibet en mars dernier , qu'il n'assisterait à la cérémonie d'ouverture que si la Chine renouait le dialogue avec les représentants du dirigeant en exil.
             

          
             
    D'ailleurs  , lorsqu'il n'y a pas exil , il y a disparition. Pour preuve, le 11° Panchen Lama , seconde autorité spirituelle du bouddhisme tibétain enlevé  par les chinois en 1995 , à l'âge de 6 ans .
     Malgré les appels réitérés du gouvernement tibétain en exil et de plusieurs organisations internationales, la Chine , inflexible , refuse toujours de fournis des informations sur le lieu de détention du plus jeune prisonnier politique du monde.
                     
                               

     Sarkozy perd aujourd'hui sur tous les tableaux : qu'il s'agisse des droits de l'homme et de l'image internationale de la France ou des relations avec les autorités chinoises qui savent désormais quel poids il faut accorder aux exigences françaises.
     Le gouvernement français courbe l'échine , après avoir jacassé et fanfaronné, vient manger dans la main des chinois , se laisse acheter le peu de conscience et d'humanité qui lui restent et ramasse les quelques miettes qu'ils laisseront pour ne pas avoir dénoncé que cette magnifique civilisation tibétaine qui prône l'amour et la paix dans le monde , n'a pas les armes économiques pour se défendre comme l'ogre de Pékin qui balaie tout sur son passage.
     Attention à nous le jour où la Chine aura besoin de nouvelles ressources ou de nouvelles conquêtes , à force de s'agenouiller tout le temps devant elle , nous pourrions bien , et très directement , un jour en subir les conséquences, le courage a un prix , la liberté aussi.
          

      J'ai honte , j'espère que les tibétains s'en sortiront autrement car personne ne sait  ce qu'il adviendra comme grands changements en Chine.
       En tout cas , le "sarkozysme" qui prend peut être en compte le poids économique mais aussi politique de la situation aurait mieux fait de s'abstenir de bomber le torse quelques semaines avant d'aller à Canosa et faire preuve de plus de courage et de moins de veulerie.


Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article